Lettre au Préfet du Gers

On se bat donc CONTRE la Précarité et POUR la Culture !

Monsieur le Prefet,

Dans la volonté d’être dans le dialogue avec vous et l’ensemble des forces de l’ordre, nous vous
adressons cette lettre.

Toutes nos actions sont revendicatives. TOUTES ! Nous sommes en droit de leur donner le caractère et la forme que nous voulons. Aujourd’hui, les manifestations ne sont plus uniquement des marches dans la rue avec quelques pancartes, les manières de revendiquer ont changé et tous les mode de revendication sont légitimes.
Nos actions musicales et performatives s’inscrivent pleinement dans notre mouvement revendicatif.
En jouant ici gratuitement, les artistes dénoncent les conditions d’accès à l’intermittence du spectacle.
Aujourd’hui, il faut justifier de 507 heures de travail payées pour obtenir et valider le statut d’intermittent.
Mais avec le prolongement de la fermeture des lieux culturels, la grande majorité ne sera pas en mesure de
déclarer ces 507 heures d’ici la fin de l’année blanche, en août 2021. C’est donc un grand nombre d’artistes et technicien.ne.s qui vont se retrouver à la rue ! A la rue !! Puisque cela équivaut à une perte d’emploi.

Comment un tel message sortirait-il du cadre juridique d’une manifestation revendicative ? Cela nous échappe !

Ce que l’on revendique avec l’occupation des lieux culturels depuis le début, ce sont des « moyens convenables d’existence » pour toutes et tous (Article 11 du Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946).
On se bat donc CONTRE la Précarité et POUR la Culture. Raison pour laquelle nous exigeons et continuerons de manifester pour :

  • L’Abrogation de la Réforme d’Assurance Chômage.
  • Le prolongement de l’année blanche pour les intermittents et son élargissement à tous les travailleurs précaires.
  • La baisse immédiate du seuil d’accès à l’indemnisation chômage pour les primo-entrants et intermittents en rupture de droit.
  • La garantie de tous les droits sociaux notamment congés maternité et maladie pour tous les salariés à l’emploi discontinu et les artistes-auteurs.
  • Un plan massif de soutien à l’emploi et de reprise de l’activité dans tous les secteurs.
  • Un soutien aux caisses spécifiques du spectacle (retraites, formations, médecine du travail, congés spectacles, etc.) dont l’existence est menacée par les baisses des cotisations.

Pour cela, nous avons besoin de la certitude de pouvoir poursuivre nos manifestations musicales et performatives sans risque de saisie du matériel et de verbalisations.
De notre côté, nous nous engageons à faire respecter les gestes barrières et les normes sanitaires lors de nos manifestations, engagez-vous à faire respecter notre liberté d’expression.

Les occupant.e.s de Circa-Ciné 32.