23 avril : Appel à la convergence des espérances

Le 4 mars, en soutien à la mobilisation du monde de la culture, le théâtre de l’Odéon a été occupé. Suite à leur appel, nous avons rejoint le mouvement d’occupation. Le 17 mars, des étudiant.e.s, retraités, chômeur.se.s, intermittent.e.s du spectacle et de l’emploi, syndicalistes, travailleur.euse.s… ont voté, à l’unanimité lors de la première Assemblée Générale, l’occupation Circa/Ciné32.
Dans un contexte de démocratie atrophiée par une situation sanitaire dont nous sommes pleinement conscients. Nous nous alarmons de la forte aggravation de la précarité et de l’entrave décrétée à toutes formes de mobilisations citoyennes. Ainsi, nous nous opposons fermement aux lois et décrets dont le gouvernement accélère la mise en place par effet d’aubaine (réforme de l’assurance chômage, mais aussi loi de sécurité globale, loi climat…)

Dans le hall du dôme de Circa pour notre première conférence de presse.

Dans le sillage de Nuit Debout, de l’occupation des ronds points et des 100 lieux culturels occupés, Le dôme et Ciné32 sont devenus depuis 4 semaines, de véritables lieux de démocratie active, mettant en place des modes de gouvernances paritaires et horizontaux (groupe de travail, Agoras quotidiennes, AG hebdomadaires).
Les nuitées, les débats et les moments de partage ont fédérés les occupants. Ce mode d’action au sens général nous a permis de nous réapproprier les questions politiques locales et nationales et ainsi de devenir acteurs de la défense de nos idéaux.
Tout est allé vite et collectivement : une page Facebook, un Instagram, un site internet ont été créés. Nous avons écrit un communiqué signé par plus de 70 structures. Une relation étroite avec certains syndicats (CGT et Sud Solidaire), s’est nouée tout au long de ces 4 semaines de luttes communes.

C’est une alliance rare et réussie entre culture et engagement revendicatif.

De nombreuses actions, sur place, en ville lors des marchés ou manifestations, ont aidés à nous faire connaître de la population auscitaine : carnaval, week-end « femmes culture et précarité », action devant pole emploi, happening dansés, happening chantés et criés, la roue de l’infortune, manifs, vélorution, soutien aux mobilisation locales, création vidéo, marche pour le climat, 150 de la commune de Paris, etc.

Mais ceci n’est pas un spectacle, ce sont des actions revendicatives.

Tout ça pour rendre visible notre engagement fort pour une convergence de lutte. Convergence nécessaire pour combattre la précarité sous toutes ses formes. Notre but est de faire abroger la reforme d’assurance chômage qui engendrera une précarité généralisée qui nous semble inconcevable dans une société de droit.

Cette réforme inique causera :

  • Une baisse de 17 % d’allocation pour 1 demandeur d’emploi sur 3 soit 1,15 millions
  • 365 000 demandeurs d’emploi verront voir leur indemnité passer de 885 à 662 euros net par mois

Cette crise sanitaire accentue les injustices sociales et la précarité, cela se passe au quotidien dans nos ménages, elle se rapproche ! Une prise de conscience générale s’impose !

Pour ceux qui ne se sentent pas encore concernés : la précarité vous touchera demain, agissez aujourd’hui

Beaucoup de témoignages viennent à nos oreilles :

  • Une masseuse à du fermer son cabinet pour raison sanitaire, aujourd’hui elle ne touche plus que 500 euros. Comment on fait quand il faut élever un enfant et payer un emprunt ?
  • Si l’année blanche n’est pas reconduite, un couple de musicien.ne.s qui à vu plus de 40 dates annulées, n’aura pas assez d’heures pour septembre et se retrouvera donc au RSA.
  • Une AESH qui gagne aujourd’hui 900 euros par mois a vu son aide APL baisser de 100 euros.

La précarité est omniprésente, c’est pourquoi nous appelons à la convergence des luttes et exigeons une justice sociale ! De l’argent il y en à, construisons de nouveaux droits !!

C’est pour toutes ces raisons et pour construire un nouveau monde juste et solidaire, que les Occupant.e.s accompagné.e.s des syndicats de travailleur.euse.s appelons à une grande journée de mobilisation nationale le 23 avril. Ce mouvement à pour but de stopper l’application de la réforme d’assurance chômage ! Nous appelons à une convergence de tous les secteurs en lutte pour qu’ensemble nous criions plus fort et qu’enfin on nous entende.